ACTUALITE

Un main, une défaite, la déception

24 mai 2010 - 16

Article Le Pays:

En s’inclinant devant Pontarlier après une fin de partie houleuse (1-2), l’ASMB ne fera mathématiquement pas partie des quatre meilleurs deuxièmes de CFA2. Reste l’espoir d’un repêchage…



En accueillant le voisin pontissalien hier après-midi, les Belfortains avaient une obligation de résultat.

Non pas pour conforter leur seconde place, déjà garantie, mais pour augmenter leur capital points dans le cadre du mini-championnat, incluant Pontarlier, destiné à désigner les quatre meilleurs deuxièmes des huit groupes de CFA2 appelés à la promotion en CFA.

Hier, avant ce match décisif, les joueurs de l’ASMB n’étaient en effet que 6e de cet affrontement à distance entre les actuels huit dauphins…

Parfaitement conscients de cette incontournable nécessité de faire des points, Tahiri et ses camarades attaquaient la rencontre de la meilleure des façons.

Offensifs et plutôt incisifs, ils ne tardaient pas à trouver la faille. Idéalement servi dans la profondeur par Kuznik, Lienard le gaucher s’en allait habilement effacer Laurent pour conclure du pied droit dans un angle relativement fermé (1-0, 11e). Pour Belfort, difficile d’imaginer scénario plus avantageux !

Une égalisation qui fait mal

Les footballeurs de la Cité du Lion rataient même le break d’un cheveu dans la foulée, puisqu’il manquait seulement quelques centimètres à Agnus pour reprendre de la tête un corner rentrant de Lienard (13e). Laurent devait ensuite boxer dans la douleur un nouveau « coup de coin » à effet de Lienard (21e).

Le CA Pontarlier n’avait pas encore vraiment mis le nez dehors mais à la surprise générale, Roussel égalisait en déviant dans le but de Duval un ballon anodin errant dans la surface suite à un coup franc lointain de l’inoxydable Letellier (1-1, 25e).

À l’évidence, ce but inattendu plombait l’enthousiasme local et remettait du baume au cœur de Pontissaliens récemment touchés par le décès d’un de leurs dirigeants.

Les Belfortains peinaient désormais à produire les enchaînements et se faisaient moins tranchants à la récupération.

Les occasions de but se faisaient d’ailleurs plus rares. Avant la pause, seuls une tête cadrée mais trop molle de Kuznik (28e) et un coup franc lointain de N. Journet (37e) mettaient Laurent à contribution. « Il faut se montrer ! » hurlait Maurice Goldman à ses joueurs.

Le second acte démarrait toutefois dans la difficulté pour les Belfortains puisque Tahiri, touché au pied, et Kuznik, malade, devaient céder leur place.

Face à un bloc du CAP toujours bien en place, l’ASMB tardait à retrouver du liant et frôlait la catastrophe sur un contre de Piechoki (63e).

Clairement, l’équipe belfortaine terminait sa saison à domicile au courage. Pourtant, elle s’offrait une double occasion monumentale : J. Journet voyait son coup franc dévié, échouer sur le poteau et Karryjane, seul face au but vide, envoyait le cuir dans les nuages (80e).

L’arbitre oublie un penalty

Arisi expédiait ensuite une belle frappe de peu à côté (82e). Dans l’obligation de pousser, Belfort se découvrait. Et, comme souvent en pareil cas, se faisait piéger. Esseulé plein axe, Roussel doublait la mise d’un joli tir tendu (1-2, 85e).

La fin de partie était houleuse. Une main pontissalienne évidente en pleine surface échappait à l’arbitre et provoquait l’ire des Belfortains. Le retour aux vestiaires s’effectuait dans la confusion totale.

En s’inclinant hier, l’ASMB, dont le dernier match à Saint-Dié le week-end prochain comptera pour du beurre, n’a donc pas du tout fait évoluer sa situation comptable.

Désormais, son seul espoir d’atteindre le CFA réside dans un éventuel repêchage.

Sait-on jamais…

David Roussey